vendredi 15 février 2008

Homosexuels Tunisiens : Témoignages

Slimane, 22 ans est, en revanche, bien dans sa peau. “ Je n’ai absolument aucun problème à vivre ma sexualité normalement en Tunisie et je n’ai jamais pensé à quitter le pays comme plusieurs autres”. Slimane partage sa vie avec un jeune homme habitant la même région que lui. Tant que son entourage n’est pas au courant, rien ne l’empêche de le faire, confie ce jeune garçon pour lequel “ il ne faut rien changer à la société tunisienne ”. A Hammamet, nous apprend-il, comme dans d’autres grandes villes, il y a des points de rencontre d’homosexuels, cafés, boites de nuits et hammams. Qu’une âme solitaire cherche de la compagnie, elle sait alors tout de suite où aller. Pourtant, dans la Capitale, tous avouent se sentir le plus à l’aise.

“ A Tunis, je peux draguer partout sans avoir peur d’être agressé ”, raconte ce jeune ; comme son ami, c’est à Tunis qu’il va pour respirer et fuir la surveillance des parents. Quand je suis dans ma ville, je fais tout pour m’habiller de manière à ne pas attirer l’attention. Dès que je suis à Tunis, mon look est différent et mes attitudes aussi. L’interdit, tous ont appris à jouer avec. L’entourage étant très rarement au courant, ils peuvent même inviter leur partenaire chez les parents sans que personne ne se doute de rien.

Un autre Slimane, 36 ans, s’en souvient : “ Mes parents ont connu tous mes partenaires. Bien sûr, ils ne se sont jamais douté de rien, pensant que j’invitais chez eux des collègues de bureau ”. Mieux encore, souligne Slimane, il est plus facile pour un couple homo que pour un couple hétéro de vivre pleinement sa sexualité puisque les hommes peuvent habiter ensemble, voyager ensemble, et même prendre la même chambre d’hôtel, la loi ne l’interdit pas. Alors qu’un couple hétéro non marié aura beaucoup plus de problème pour vivre son intimité. Dans la clandestinité, semble vouloir dire Slimane, tout est possible. “ Pour s’en sortir, il faut savoir se faire respecter. Ne pas provoquer. Quand je croise les jeunes du quartier en bande, j’entends des commentaires pas très fins sur moi. Je dis bonjour et je passe mon chemin en ayant l’air de n’avoir rien entendu. Ces mêmes jeunes, quand je les croise et qu’ils sont seuls, tout change, ils sont polis avec moi et très gentils. Certains me font même comprendre qu’ils aimeraient bien une petite aventure… ”

Salwa, 42 ans, artiste se confie :

“ Pour être honnête, j’avais décidé de me marier pour tenter d’effacer de ma mémoire une liaison homosexuelle que j’avais vécue à l’âge de 23 ans avec une femme de 40 ans j’avais d’abord connu les caresses d’une femme à l’âge de 12 ans, dans un hammam. Cette femme était la gardienne de ce lieu. Cette liaison m’avait beaucoup troublée. Toujours est-il qu’aujourd’hui, j’ai décidé, une suite à une rupture conjugale, de vivre mon homosexualité sans mensonge envers les autres et moi-même. Il est évident qu’il n’est pas facile de révéler cette situation à son mari, à ses enfants et à sa famille. Mais c’était indispensable pour éviter les bévues, les lapsus révélateurs et surtout les ragots de certaines personnes bien intentionnées qui ne manqueraient pas de raconter que je vis en compagnie d’une femme. Tout finit par se savoir ! Dans ces conditions, les mauvaises langues auront le bec cloué. C’est mon mari qui a eu la primeur de l’information. Les mots avaient de la peine à sortir pour exprimer tous mes tourments et en même temps la délivrance de pouvoir dire mes préférences amoureuses. Je sentais bien mon mari attentif, tendu et ému à la fois d’entendre sa femme, après dix ans de vie commune, lui faire des déclarations aussi graves. Comme moi, il avait presque les larmes au yeux. Mais constatant ma sincérité et la confiance que je mettais en lui, le climat s’est peu à peu détendu et les confidences ont trouvé leur place au cours de ce dialogue que je n’oublierai jamais”.



8 commentaires :

  1. Wafa Memmi a dit…

    C dégueu.. vraiment... et dire qu'ils sont fiers de leur maladie mentale, de leur saleté, de leur khmaj... !!!

  2. Wafa Memmi a dit…

    oups, je n'avais pas lu le titre du blog... :( dc je viens de me rendre compte que je vous ai insulté chez vous sur votre blog... mais bon, dans ce cas je change le "ils" par "vous" ... et puis, je dirais "excusez moi pour mon incompréhension"...

  3. rubyred15 a dit…

    brabbi ya lella wafa memmi barra emchi 3addi 3ala mo5ek 5ater aparamen c toi ki é la malade mental!! malla compléxé é intolerante!! il fo komeme respecter les avis des autres ya go3ra!!!! mahou kif enti homofob chemda55lek la7weyej matefhomhomch!!! degage ta race salope!!!!

  4. Shams a dit…

    C'est désespérant de lire de tels commentaires...
    Maladie mentale...ben voyons....

  5. Aziz a dit…

    Et Oui Je n'ai pas pris la peine de répondre à ce type de commentaire mais sachez que Mademoiselle a un blog ..parlez ainsi des homosexuels et en plus par une jeune de notre âge selon ce que j'aie bien pu comprendre de ces posts est désolant oui ..mais bon il fat de tout pour faire un monde et c,est un rappel de la dure réalité: el Thnya mezzelet etwila!!!!

  6. Shams a dit…

    twila barcha zeda.
    Mais bon rien n'est jamais facile.

  7. siclope2 a dit…

    ya o5ti wafa ya3tek D 3la LOUNék

  8. Citrouille a dit…

    Haha, hilarant. Maladie mentale ? Je suis différent, donc je suis malade. Elle est bien bonne celle-là.
    'Faut savoir évoluer, changer de mentalité, tolérer Bon Dieu ! Tolérer, c'est le mot. Pourquoi haïr des gens qui ne vous ont rien fait ?
    Haïr un homosexuel pour son homosexualité c'est comme haïr un noir pour sa couleur de peau, ou un juif pour sa religion. C'est haïr un être humain pour sa différence. C'est complètement stupide.