vendredi 25 mai 2007

Et si c’était vous ?

Beaucoup voient l’homosexualité comme l’expression d’une déviance, d’une perversion, ou alors plus grave d’une maladie qui contraint les homosexuels à rester toujours en marge de la société. Cependant pourquoi personne ne s’est-il jamais posé la question : Et si c’était moi ? Et si j’étais homo, quel regard aurais je sûr moi-même ? Quel regard aurai-je sur la société ? Me permettre ai-je de haïr des personnes sans aucune raison, sans les connaître, si je faisais moi-même partie de ces personnes que je déteste tant?

La question à se poser n’est peut être pas de se mettre à la place des victimes, mais d’essayer de comprendre le comportement que l’on adopte soit même vis-à-vis des autres. Comportement qui est à la foi irrationnel car non fondé, trouvant son origine dans l’ignorance totale de la différence, et erratique dans le fait qu’il soit déconnecté d’une réalité sociale criante et d’un besoin de reconnaissance de droit de la part des victimes.

L’homophobie, qui trouve son origine dans l’influence des dogmes chrétiens sur les autres religions et sociétés, est un phénomène assez moderne qui a été amplifié par la crédulité et le manque de maturité des sociétés sous développées.

Le choix de poser la question de la reconnaissance de l’homosexualité comme centrale dans notre conception de la modernité sociale s’inscrit dans le droit chemin de la lutte pour la liberté de chacun. Ce n’est presque plus une question de droits, mais une question de dignité comme l’a souligné José Luis Rodríguez Zapatero, le premier ministre espagnol en s’adressant au parlement lors du vote sur la légalisation du mariage homosexuel en Espagne. Dans le même contexte, reconnaître le droit à la différence, tolérer la différence dans ce qu’elle a de plus enrichissant pour la société est urgent pour nous aujourd’hui en Tunisie.

La reconnaissance du droit à l’existence, à l’indifférence, ne pourra cependant se faire sans un mouvement général de revendication à la fois de la part des gays mais aussi de la part des personnes concernées par les droits humain et la lutte pour les égalités.

8 commentaires :

  1. Z Y E D a dit…

    juste une question... que symbolisent les couleur du drapeau gay ?
    je crois aue chaque couleur a un sens non ?

  2. sassou a dit…

    Je ne dirais pas si "c'etait moi", je pense que mon orientation sexuelle d'hétéro me satisfait, j'aime les hommes et je n'ai pas envie de changer :).Mais je me dis si "c'etait mon fils ou ma fille" ? Je ne supporterai pas qu'ils souffrent, qu'ils se sentent rejetés ou qu'ils se fassent insultés à cause d'un choix plus que personnel qu'ils ont fait.En Tunisie il reste un très long chemin à faire..trop long..

  3. Tunisie Gay a dit…

    Et oui Zyed, effectivement, les couleurs du drapeau ont un sens:

    # le rouge pour la vie,
    # l'orange pour la santé,
    # le jaune pour le soleil,
    # le vert pour la sérénité,
    # le turquoise pour l'art,
    # l'indigo pour l'harmonie et le violet pour l'esprit.

    Merci wikipedia :-)

  4. Téméraire V5.0 a dit…

    Je peux très bien me mettre dans la peau d'un criminel, d'un pervers, d'un drogué, d'un voleur, ou d'un homosexuel et ma seule réponse sera d'assumer mon choix.

    Je ne vais pas chercher à me justifier pourquoi je suis criminel, drogué ou Homo, je vais m'assumer et c'est tout.
    Assumer ma discrétion ou assumer de m'afficher en public.

    Je dois encore assumer mes tendances marginales sans pour autant accuser ceux qui ne me comprennent pas d'être irrationnels, ignorants et déconnecté de ma réalité de différent de la masse.

    La dernière chose que je ferai, c'est de ne pas crier que je suis victime du système, de la nature et de l'indulgence de l'être Humain.

    Vivons caché, vivons heureux.

  5. QueenD a dit…

    et ... chbih lien "tunisie lesbienne" mayemchich ?

  6. Antar a dit…

    A Queen D. il semblerait que notre bloggeuse aie decide de ne pas continuer avec son comble. C'est dommage mais esperons que d'autres initiatives prennet le relais

  7. QueenD a dit…

    Merci Antar :D

  8. seif a dit…

    ""Je peux très bien me mettre dans la peau d'un criminel, d'un pervers, d'un drogué, d'un voleur, ou d'un homosexuel et ma seule réponse sera d'assumer mon choix.""
    Et hop on met tout dans le même sac.
    Le choix des mots n'est pas sans raison.et ça prouve la vision qu'on a de la chose...

    "si j'étais à la place d'un tel?..."
    c'est une question qui ouvre à la tolérance,tout bêtement.
    seif